Archives pour la catégorie Les outils

Ardoise digital iskn et Wacom Bamboo Spark

Ardoise digital iskn

Comme il n’y a pas que Wacom, dans la vie et parce que c’est une innovation française, je souhaitais dans ce blog parler de ce nouveau produit technologique.
Le « Slate », l’ardoise numérique est sortie fin 2015, mais j’avais déjà était déçu par l’acquisition du stylo inkling de Wacom, voir l’article.
L’idée de départ séduisante au demeurant, combinée le papier et le numérique en transformant un simple crayon en stylet. Ce qui permet de prendre des notes et de dessiner avec du matériel classique sans renoncer aux sensations du papier tout en numérisant instantanément son tracé.

La question étant de savoir si un professionnel du dessin a intêret à investir 159 euros pour une ardoise numérique, 1 stylo bille noir, 1 pack de 2 stylos et 1 boîte de 4 pinces de fixation.
Je tiens à préciser que je n’ai pas moi-même pu tester ce produit, c’est uniquement un résumé des retours que j’ai pu lire qui me tiennent lieu de références pour cet article

Voyons d’abord du côté de la promesse faite sur le site officiel:
Quelques arguments repris du site :

  • La trousse à dessin parfaite avec six outils de dessins pour reproduire fidèlement l’expressivité de vos créations sur papier.
  • Exportez vos dessins au format image (PNG, JPG) ou vidéo (MP4) et partagez-les sur vos réseaux sociaux favoris. En un clic, vos créations en vidéo
  • Exportez vos dessins vers vos logiciels professionnels
  • Les formats d’enregistrement et d’export en .psd et .svg (vectoriel) vous permettront de poursuivre votre travail sur des outils comme Photoshop® ou Illustrator®.

Excellent, à première vue l’outil prétend s’adresser à tous les créatifs, illustrateurs et dessinateurs professionnels …
La première chose à faire et donc de lire et de discuter avec des utilisateurs émérites. Voici donc ce qu’ils nous dévoilent sur un objet plein de promesses justement.
La technologie par le biais d’une bague laissé à penser que n’importe quels crayons feraient l’affaire, mais ceux qui souhaitent utiliser leurs propres crayons seront déçus.
Le ring ne se glisse que sur des diamètres plutôt étroits, même si la société grenobloise va faire l’effort d’adapter 90 à 95% des stylos du marché à l’anneau, oubliez les crayons gras à dessin, critérium extra large et ne pensez même pas à des pastels.

Et sur la reconnaissance du geste, principale et plus grande faiblesse d’autres outils de même concept qu’en est-il ?
Le Ring est détecté par les 32 capteurs de l’ardoise qui déduisent ensuite la position, l’orientation et l’inclinaison du crayon dans un espace en 3D. Comme on le précise dans le film promotionnel la technologie étant bluethooth, l’ardoise peut-être sur vos genoux sous le bureau qui fait écran au terminal, le rendu est vraiment instantané, mais la précision de la détection laisse à désirer. Cela arrive plus souvent avec le crayon à papier réel qu’avec le stylo, et de façon quasi-systématique avec l’option crayon à papier numérique.
Les capteurs ne détectent que partiellement ce que vous tracez voire rien du tout, ce qui va donner un résultat en pointillé pour une ligne droite.

Alors, pourquoi ce produit, face aux tablettes cintiq qui sont elles réactives et précises ?.Il est difficile de saisir le bénéficie technique qu’apporte la Slate par rapport à une tablette de type Surface Pro ou iPad Pro qui permet de dessiner avec un stylet directement sur son écran.

Le prix peut attirer un public plus large sur un usage récréatif, en comparaison des tablettes ou iPad plus onéreuses, mais au final pour des professionels le compte n’y est pas

J’espère d’ailleurs que c’est bien l’objectif de ce produit, car dans ce domaine, l’exigence des professionnels ne permet pas de se fourvoyer sur un marché déjà bien achalandé avec un produit ne remplissant pas les critères exigés.

ardoise digitale
ardoise iskn

Wacom Bamboo Spark

Le Spark, ce comporte t-il mieux que sa concurrente française ?, c’est une vrai question tant le Inkling de Wacom s’est avéré une vraie désillusion dans le domaine, le passage du papier au numérique semble bien compliqué et peut-être est-ce un marché suranné, qu’il faut oublier face au tout numérique et ces outils qui offrent quelques raisons de se réjouir et de se passer du papier, tellement 20è siècle dirait un de mes stagiaires.
Et si on souhaite conserver le dessin papier, chose qu’il m’arrive encore de faire, autant ressortir le bon vieux scanner. Mais l’idée de récupérer un dessin vectoriel de façon instantané reste séduisante.

Wacom développe depuis quelques décennies, des palettes et autres stylets numériques, et développe les accessoires pour tablettes. Catégorie à laquelle appartient ce Bamboo Spark.

S’appuyant sur l’iPad ou l’iPhone et sa technologie, un best-seller du marché, Il s’agit d’un étui pour iPad qui se couple à un stylet numérique pour enregistrer toutes vos croquis. Alors sans plus attendre et pour ne pas vous faire l’article d’autres sites spécialisés font çela très bien, voici le verdict d’un objet accessible pour la somme de 160 €.
Côté précision et niveaux de pression, l’outil est un peu décéptif : le Spark ne perçoit pas les gestes les plus fins et il connaît même quelques petits ratés d’interprétation qui peuvent passer pour la prise de note. Quant au dessin, ce n’est ça.
Le point très positif de ce système est la reconnaissance de l’écriture manuscrite, grâce à un nouveau format déposé par Wacom.
Bon pour autant, on déchante vite et on calibre son écriture quant on voit le prix des 3 carnets de 30 pages qui coûtent 7,90 € chez Wacom.
Et contrairement au stylo de iskn, le Spark ne fonctionne qu’avec le stylet livré, voilà qui limite considérablement son attrait pour les dessinateurs qui aiment à varier les outils : crayons, plumes… et là aussi les recharges du stylo ne sont pas donnés. A moins d’en faire des outils réservés à des professionnels qui achètent pour le compte de leur sociéte, c’est un mauvais signal encore envoyé aux publics, que les outils numériques sont réservés aux happy few.

bamboo spark

Ce marché de niche qu’est la reconnaissance du geste sur support papier vers un support numérique semble souffrir d’une malédiction, avec des produits qui ressemblent plus à un « work in-progress » qu’un produit fini.
En conclusion et d’un point de vue plus personnel, j’ai du mal à comprendre que l’on sorte ce genre de produits non aboutis, avec les mêmes écueils que leurs concurrents déjà présent sur ce marché. Si La technologie embarqué et le relatif échec semble induit par la limite technologique et efficiente de ce produit pourquoi ne pas attendre d’autres aboutissements plus concluant. Aller au devant d’un besoin technologique ou même le susciter, Steve Jobs savait le faire mais avec des produits irréprochables.

Cintiq companion 2

Depuis leurs sorties, les tablettes Cintiq Companion ouvrent un nouveau marché celui de la station de travail mobile, à la fois tablette graphique et disposant d’un OS windows 8.1, les tablettes cintiq s’affichent comme station de travail autonome et mobile, mais cette solution au demeurant séduisante offrant un deux en un (ordinateur et tablette graphique) peut-elle remplacer avantageusement nos stations de travail fixe ou ordinateurs portable. Pour rappel les tablettes affichent un prix honorable d’environ 1 630 € pour 128 Go de DD. Alors si vous disposez déjà d’un station de travail fixe avec un tablette cintiq ou autre, la question de faire l’acquisition de ce beau jouet, peut se poser.

Les retours d’expériences montrent que pour ceux qui disposent déjà d’une station de travail et d’une tablette graphique de grande taille, la companion se révéle un complément à leur tablette, le gros du travail se réalisant sur la station fixe.
Les raisons objectives sont que la station de travail fixe est plus performante que la cintiq dès lors que l’on travaille sur de gros fichiers. La différence se fait sentir bruillament au travers des ventilos de la cintiq qui montent en régime dès lors qu’on la soumet à de gros calcul du CPU.

L’avantage toutefois de la Companion 2 est qu’elle peut se comporter comme une Cintiq classique à brancher sur Mac ou Mac book. Mais là on sort du contexte d’une tablette vendu comme produit autonome.

Autre argument qui ne plaide pas pour la cintiq et qui est de poids pour les professionnels du digital, c’est l’espace couleur plus restreint que sur une 27 HD par exemple.

Alors on pourra toujours dire que l’utilisation d’un tel objet dépend vraiment de son usage, mais je pense néanmoins qu’avec les prétentions d’une cintiq companion 2 et pour les raisons citées plus haut, ce produit reste pour moi un achat discutable.

cintiq companion 2

Wacom Cintiq Companion

La tablette Cintiq Companion fait partie des dernières nouveautés de chez Wacom il s’agit d’un produit hybride, un deux en un qui se positionne entre une tablette graphique et une tablette tactile. Il était évident qu’un tel produit arrive sur le marché, c’est un mariage attendu qui réuni le côté mobile, autonome et pratique des tablettes et le segment très pro des tablettes graphiques.
Dans le détail, la Cintiq Companion dispose d’un écran tactile mat de 13,3 pouces et propose une définition Full HD (1920 x 1080 pixels).
Le stylet Pro Pen propose de son côté 2 048 niveaux de pression. C’est le même stylet que sur les tablettes Intuos Pro. Côté OS, Wacom propose windows 8 pour la tablette Cintiq Companion

Un autre modèle la Cintiq Companion Hybrid dispose d’un sytème Android, cette tablette n’est pas un ordinateur, elle reste sur le segment des tablettes graphiques Cintiq d’ou la différence de prix notoire entre les deux modèles.

Avec ce produit nouvelle génération les tablettes Cintiq Companion risquent si elles offrent les même performances que les tablettes graphiques, de damer le pion à ces dernières, une tablette graphique sans OS apparaîtra bien indigente au regard des Cintiq Companion.

En effet la tablette Cintiq Companion avec son processeur Intel Core i-7 peut faire tourner toute la suite créative Adobe (Photoshop, Lightroom, Illustrator, InDesign, etc.), mais aussi des logiciels comme Capture One, DxO Optics Pro, etc. Les illustrateurs pourront désormais voyager léger et dessiner ou bon leur semble avec moins de contrainte matériels.

cintiq-companion

Découvrir ce produit

Comment choisir sa tablette

La question se pose quand on souhaite se lancer dans la peinture numérique, pour ma part ne sachant au départ si l’outil allait me séduire et l’usage que j’en ferais, je suis parti sur des modèles bas de gamme et j’ai progressivement acquis des modèles de plus en plus pointus. Pour éviter de tatonner comme moi en faisant l’acquisition de modèles qui ne m’ont servis que très peu, voici un aperçu des produits du marché. Ici il ne saura questions que tablettes de la marque Wacom, pourquoi cela?
Tout d’abord mon retour d’expérience est lié à cette marque, qui je la savais au départ dominait le marché en terme qualitatif. Wacom reste aujourd’hui la marque emblématique pour les illustrateurs, comme aime à le dire une autre marque bien connue « What else ».

Lorsqu’on n’a jamais utilisé de tablette, il faut savoir que la prise en main demande un peu de temps. Les débuts peuvent être difficiles, mais la perséverance paiera et vous vous rendrez vite compte du gain apporté par un stylet en comparaison d’une souris qui est peu ergonomique pour un dessinateur.

Une première tablette peut être l’occasion de se faire la main, il existe différentes gammes de prix pour satisfaire tous les besoins des illustrateurs, qu’ils soient débutants ou confirmés.
intuos-bas-gamme
L’avantage des tablettes Wacom c’est qu’elles sont orientées création artistique à contrario d’autres marques qui proposent des tablettes pour des usages plus spécifiques.
En entrée de gamme vous trouverez l’Intuos Pen Small au prix de 70€. Cette version existe également existe aussi en version pen and touch
Personnellement je ne voit pas trop l’intêret de cette fonction sur une tablette. Concernant la taille des tablettes Wacom propose 3 tailles Small Médium et Large. Ces tablettes offrent néanmoins un niveau de sensibilité déjà intéressant avec 1024 niveaux de pression.
Compte tenu du niveau de qualité des tablettes qui augmentent ces modèles constituent déjà un choix intéressant pour une utilisation ludique ou professionnelle.

intuos-pro
Si votre budget le permet vous pouvez passer sur les modèles Intuos PRO qui offrent un flux de travail intéressant.
Les tablette Intuos possèdent 2048 niveaux de pression et une sensibilité à l’inclinaison ±60 niveaux élément important puisqu’un stylet et rarement tenu droit

cintiq
Et enfin si vous faites un usage professionnel de la tablette et que votre budget le permet vous pouvez taper dans le haut de gamme avec la Cintiq.
Là vous faites un grand bon et l’expérience de révèle toute différentes. Elle existe en plusieurs tailles, le modèle 24 HD ne constitue plus vraiment une tablette mais peut-être considéré comme un table à dessin. La Cintiq 24 HD avec ses 30 kg vous permet de vous appuyer dessus et de profiter pleinement de cette tablette écran.
Car là constitue la différence majeure de ce modèle. Vous dessinez sur l’écran, croyez moi c’est une expérience qui change tout. Vous retrouverez une plus grande maîtrise de votre dessin grâce à la sensibilté exceptionnelle de cet outil. L’apprentissage d’une synchronisation oeil cerveau main n’a plus court ici. On retrouve l’aisance d’un geste naturel appris dès le plus jeune âge.
Découvrir ce produit

ABR VIEWER – visionner vos brushes

Les sites proposant des brushes gratuitement sont pléthores, et il est tentant de les télécharger voir de les tester dans photoshop. L’ecueil vite rencontré est de de ne pas trouver le brush dont vous avez besoin au moment adéquate. Il exite pour cela des visionneuses de brushes, qui vous permettent de faire votre choix, mais qui permettent également de les trier, vous permettant de constituer un catalogue organisé en fonction de vos thémes.
Les Brush/Pinceaux de Photoshop étant au format .abr des logiciels ABR viewer seront nécessaires pour visualiser nos brushes. Le principal avantage de ces logiciels est d’éviter de les charger sur Photoshop en encombrant inutilement vos fenêtres.

abrMate

abr-mate
abrMate est un logiciel gratuit pour windows, il permet de prévisualiser vos brushes mais également de les organiser et de les exporter au format png.
Découvrir ce logiciel

brush pilot

brush-pilot
brush pilot est un logiciel mac uniquement permettant de voir et trier vos pinceaux.
Découvrir ce logiciel

brushviewQL

brushes-viewer-ql
C’est un logiciel libre pour mac
Découvrir ce logiciel

abrViewer.NET

abr-wiewer-net
Logiciel libre pour windows
Découvrir ce logiciel

Les logiciels de création

Avoir du bon matériel est un pré-requis pour donner le meilleur de son talent créatif. Une bonne tablette graphique est nécessaire bien sûr mais il faut également un bon logiciel de dessin.
Dans ce domaine que vous soyez mac ou pc, il y a pléthore de solutions possibles suivant vos ambitions mais surtout votre budget. Il y a certes les poids lourds de l’illustration, mais pour les budgets les plus modestes on peut aussi très bien s’en sortir avec des petits logiciels plus simple mais qui rendent tout aussi bien le service, mais voyons cela de plus prêt.

Painter

painter
Painter est « le logiciel » de dessin par excellence, pourquoi pas Photoshop me direz-vous, bien plus répandu chez les illustrateurs ici en Europe.
Parce que painter a été conçu dans ce but précis et est orienté illustration à 100%. Photoshop quant à lui est un logiciel de retouche, de traitement et de dessin il est vrai mais ce n’est pas sa première fonction. Même si il est plébiscité par bon nombre d’illustrateurs, notamment chez nous ou le logiciel de corel, bénéficie d’une aura moins grande que le logiciel de chez Adobe. Toutefois lorsque vous regarder chez nos amis américains ou asiatique le logiciel semble y trouver une meilleur place.
Etant un utilisateur des deux soft, je peux dire que Painter bénéficie toujours d’une longueur d’avance grâce a son orientation « illustration first »
Les réglages des brosses sont de loin les plus poussés dans le réalisme du rendu, et donne un équivalent avec les outils traditionnels assez impressionnant.
Il y a tellement de paramètres possibles qu’il faut un petit temps de prise en main lorsqu’on débute sur le logiciel, mais en revanche la promesse est là : que du bonheur !.
Pour découvrir le logiciel

Photoshop

logiciel-psd
On est toujours sur du lourd, surtout aujourd’hui avec la maturité d’un logiciel qui est devenu un couteau suisse pour les graphistes de tous bords.
C’est le logiciel que j’utilise depuis les bancs de l’école, il fait parti du quotidien aujourd’hui, les dernières moutures lui ont apporté des avancées significatives pour les illustrateurs notamment aux niveaux des brosses et de leurs réglages, ce qu’il apporte à la photographie il l’apporte également aux illustrations avec les réglages sur la chromie. Je dirai même que les deux logiciels sont assez complémentaire étant donné leur spécificités intrinsèques.
Pour découvrir le logiciel

Gimp

gimp
Pour ceux qui veulent se lancer dans la peinture numérique, voilà une solution qui peut convenir et à moindre frais puisque le logiciel est open source. Dans la même veine que Photoshop cet outil est cependant moins poussé que le logiciel d’Adobe. Je ne peux pas en dire grand chose dans la mesure ou je ne l’ai jamais testé.
Pour découvrir le logiciel

Artweaver

artweaver
Ce logiciel allemand ce veut une synthèse entre painter et photoshop, malheureusement disponible que sous pc, il existe en deux versions une gratuite et une payante. C’est un logiciel avec lequel j’ai travaillé avant de passer sous Painter que je trouvais trop usine à gaz. De prise en main très rapide, il offre grâce à son choix de brosses des possibilités tout a fait intéressantes.
Pour découvrir le logiciel

Paint Tool Sai

paint-tool-sai
Ce logiciel japonais bien connu des mangaka a été développé au départ pour Microsoft, mais existe aussi pour mac. La version de base est en anglais. Sa prise en main est aisé, mais les possibilités sont très limité, il est par ailleurs assez apprécié des auteurs de BD qui n’ont pas forcément besoin d’un large choix de brosse pour la mise en couleur de leur planche. Il a l’avantage d’être gratuit.
Pour découvrir le logiciel

Manga Studio 5

manga-studio
Tout est dit dans le nom du logiciel très orienté manga, ce qui ne l’empêche pas d’offrir une palette suffisante de brushes pour le digital painting
Pour découvrir le logiciel

MyPaint

mypaint
Un logiciel open-source multi-plateforme, une interface très simple, peu de palettes laissant a place à la création. Un large choix de brosses paramétrables et idéales pour le speed-painting
Découvrir ce logiciel

Alchemy

alchemy
Enfin pour finir un logiciel un peu a part. un logiciel propice à la recherche, aux expérimentations mais dont la finalité n’est pas de créer des oeuvres abouties.
Ici pas de plume ou de pinceau, pas d’enregistrement. Essayez vous au desssin en symétrie horizontal ou vertical, testez l’outil permettant de tracer un trait qui se déforme plus ou moins selon la vitesse à laquelle on le trace. Un autre permettant de faire réagir le tracé en fonction du son qui est capté par le microphone de l’ordinateur. Bref un soft open source et multi-plateforme orienté Lab.
Découvrir ce logiciel

En conclusion tous les logiciels de dessin offrent des possibilités de mise en couleur et par la même de produire des peintures numériques, les ambitions ne peuvent pas être les mêmes avec l’ensemble des logiciels proposés sur le marché, mais je reste convaincu que le talent prend le pas sur l’outil.
Dans les écoles d’art on nous apprend que plus l’outil est simple plus la sensibilité de l’artiste ressort, démarrer avec un logiciel simple d’utilisation ne pourra que vous aider dans un premier temps à exprimer votre talent et à vous faire plaisir.